top of page

5 SECONDES POUR SE MOTIVER


On a tous été sous la douche, incapable d’arrêter l’eau alors qu’on est en retard qu’on a des choses urgentes à faire. Devant la télé en train de regarder un programme inintéressant alors qu’on pourrait faire plein d’autres choses à la place. Et plus communément, on a tous déroulé le flux d’un réseau social sans vraiment savoir ce que l’on cherchait. On l'a fait et parfois on le fait encore..

Si vous ne connaissez pas Mel Robins ces problématiques sont encore présentes dans votre vie. Mais si vous avez eu l’occasion de lire son livre « La règle des 5 secondes » vous savez que ce qu’elle a découvert peut changer votre façon de vous motiver.

Dans une phase difficile de sa vie elle a essayé de mettre en place une habitude consistant à compter à rebours de 5 à 0 dans sa tête pour se motiver à faire ce qu’il fallait pour avancer dans sa vie : se lever, appeler quelqu’un, arrêter de boire, développer son business... Elle voulait reproduire le décollage d’une fusée qu’elle avait vu un soir pour faire décoller sa propre vie. Elle a été très étonnée de voir que qu’en réalité cette technique avait un effet très précis dans le cerveau qui explique les raison pour lesquelles ça marche et ça marche très bien !

DONC IL FAUT JUSTE COMPTER DE 5 À 0 ?

Oui... vraiment... lorsque vous avez un coup de téléphone à passer que vous repoussez depuis longtemps, comptez de 5 à 0 en pensant à cet appel et vous allez trouver la volonté de prendre votre téléphone et d’appeler.

Vous devez sortir de votre lit.. pensez à ce que vous allez faire une fois debout...5 4 3 2 1 0 et sortez de vitre lit.

Compter en partant de 10 sera trop long pour que le processus soit efficace, partir de 5 suffit pour déclencher l’action. Certain pourrons commencer à 3, par habitude, mais pour la majeure partie des gens, partir de 5 sera plus efficace.

COMMENT ÇA MARCHE ALORS ?

Tout se passe dans le cerveau et ses différentes couches : très profond dans notre cerveau nous avons un partie nommée cerveau reptilien qui gère des réactions très archaïques dont nous n’avons, pour la plupart, pas conscience. C’est un peu un système d’automatisme dont nous avons hérité d’une phase très éloignée de notre évolution. Le cerveau reptilien est sensible aux hormones telles que la dopamine qui nous pousse à pas mal de comportement assez nocifs (dérouler un flux d’actualité par exemple), nous reviendrons sur les hormones influentes du cerveau prochainement.


Plus en avant dans notre cerveau, juste derrière l’os du front nous avons ce qu’on appel le cortex pré-frontal, celui ci est beaucoup plus récent, c’est celui qui nous différencie